Par Jean-François Dommerc

Notre équipe sort tout juste du 59e gala du président de la SCCPQ où quelque 200 convives de l’industrie de l’alimentation s’étaient réunis afin de célébrer leurs professions. Comme il est fascinant de voir tant de talents rassemblés sous un même toitº  ! D’apercevoir la relève côtoyer de véritables légendes telles que les chefs Marcel Kretz, Jean-Paul Grappe ou Francis Cabanes… pour ne nommer que ceux-là, ces ­instants, dis-je, restent très touchants. Une soirée réussie, empreinte de chaleur, d’amitié et de fierté à laquelle j’avais l’honneur d’assister pour la troisième fois. En cette occasion, j’ai eu la chance de pouvoir discuter avec plusieurs d’entre vous sur des sujets variés qui touchent l’industrie. Ces échanges sont précieux pour moi et je vous remercie de l’intérêt que vous avez tous marqué envers le Potaufeu et la Société des chefs.

Dans les pages qui suivent, nous avons suggéré à nos chroniqueurs de vous entretenir sur les nouveaux courants, les techniques de pointe et les équipements récents qui ont transformé leur métier et notre ­gastronomie au cours de leur carrière ou durant les dernières décennies. Vous l’aurez compris, ce numéro traite principalement d’innovation en cuisine et en pâtisserie.

Sujet ambitieux s’il en fut car l’innovation est un concept très souvent subjectif. L’idée même d’innover variera selon celle ou celui qui va l’exécuter ou la constater. On dit de  l’innovation qu’elle est « un changement dans le processus de pensée visant à exécuter une action nouvelle ». On le constate donc, c’est la perception de l’innovation qui est elle-même relative. Chose certaine, si le fait d’innover est lui-même bien réel, il ne peut survenir que dans la maîtrise des bases. Cela seul est vrai et le restera toujours pour toutes les professions.

Ce Potaufeu vous est livré avec l’été. Vous le lirez dans la chaleur infernale des cuisines à laquelle vous êtes confrontés. Mais cette saison est aussil’avènement des produits frais du Québec qu’on retrouve déjà ­partout. Pour les professionnels d’ici, l’été est l’occasion rêvée de mettre en valeur la richesse de notre terroir et, pour nos visiteurs, une chance unique de découvrir la gastronomie de notre Québec. Et il y a vraiment de quoi être fiers !

Donc, à toutes et à tous, je souhaite une bonne lecture et un merveilleux été gourmand.