C’est grâce à un talent culinaire extrêmement polyvalent et à une force de créativité intense et régulière, appuyée par une démarche sans tâtonnements, que le chef Mario Martel occupe aujourd’hui une place de premier plan au Québec. Et il en a toujours été ainsi, depuis ses tout débuts, en 1984. Eh oui, déjà 30 ans de carrière… En fait, ce qui caractérise le plus cet artisan au chapitre de la gastronomie nationale, c’est certainement la constance d’une qualité nettement supérieure dans tout ce qu’il produit, dans tout ce qu’il réalise. La Société des chefs du Québec en reconnaissait d’ailleurs la valeur en lui décernant, en 1992, le titre de Chef cuisinier national.

Mario Martel ne fait pas et n’a jamais fait dans l’esbroufe. Il a récemment créé une firme d’expert en alimentation et restauration, L’EntrepreneurChef, qui contribue à assister les entreprises alimentaires dans leur développement et l’atteinte de leurs objectifs. Le chef Martel n’a  plus rien à prouver à qui que ce soit. À qui que ce soit… sinon, peut-être, à lui-même. Voilà pourquoi il ne fut guère étonnant de voir arriver cette année sa candidature au titre de Chef santé de l’année.

Un titre qui incite à la réflexion
Une question s’impose ici : quel lien Mario Martel veut-il tisser -à moins que ça ne soit un appel auquel il lui a fallu répondre d’urgence-, entre l’art de la cuisine santé et sa préoccupation pour l’alimentation actuelle ? Il y a sans doute plus d’un lien, c’est évident, mais jusqu’où croit-il que la formation professionnelle peut irradier dans l’industrie bio et agroalimentaire du Québec ? Ces deux pôles sont-ils prêts aux concessions ou aux obligations réciproques que sous-tend la recherche d’une meilleure santé publique ?

Pour notre Chef santé il est primordial que les professionnels de la cuisine assument la responsabilité de transmettre aux clients, ainsi qu’aux consommateurs, les règles de base d’une saine alimentation : « Je crois que notre population est prête à évoluer dans ce sens. Pour plusieurs Québécois, c’est même devenu une priorité. Il nous faut cependant des leaders. Nous, les cuisiniers, les pâtissiers et tous les professionnels de la transformation culinaire, nous sommes les porteurs de drapeau. Nous devons offrir à la population diverses possibilités pour s’adapter à cette réalité. »

Intégrer la cuisine santé dans un cadre pédagogique!
Pour Mario Martel, c’est par la diffusion de l’information et la sensibilisation des consommateurs à la bonne et saine alimentation que tout doit commencer. Et il faudra aussi, bien sûr, compter avec l’entrainement et l’exercice physique. Si l’on veut vraiment assurer une meilleure santé à notre population, ces deux élémentsdoivent aller de pair.

En ce qui concerne l’adhésion des plus jeunes, il faudra sans doute accomplir les efforts nécessaires pour leur faire découvrir la « vraie » alimentation, celle qu’on reconnait au gout naturel des aliments et à la qualité des recettes. Il faut savoir cuisiner, faire bon et gouteux avec, en bonus, l’ajout du caractère « santé ». Selon Mario Martel, si la sensibilisation des adultes est faite adéquatement et en profondeur, le transfert auprès des jeunes va s’effectuer plus facilement.  Car, après tout, quel parent ne désire pas le plus grand bienêtre pour ses enfants.

Lorsqu’on lui demande de s’exprimer sur l’obtention du titre de Chef santé, Mario dit souhaiter « faire partie des porte-parole qui promeuvent une alimentation saine et de qualité pour tous ». Il joint le geste à la parole en travaillant de concert avec des collaborateurs tels  que l’Association québécoise de la distribution de fruits et légumes du Québec, le nouveau marché de Lévis, qui a ouvert ses portes en juin dernier, et le marché permanent qui ouvrira en octobre. Il  complète : « Étant moi-même bon consommateur de fruits et légumes, j’encourage les cuisiniers à faire en sorte d’en inclure en abondance dans leurs menus. »

Le chef Martel n’a de cesse de recommander aux cuisiniers de cuire parfaitement, dans les règles de l’art, les fruits et légumes. Pour sa part, il prend soin d’innover constamment dans ses recettes, tout en restant simple. Il explique : « C’est un peu comme pour la cuisine sans gluten. À plus long terme, tous les restos devront s’adapter afin de répondre à un besoin grandissant de cette clientèle allergique ou intolérante qui, il faut le dire, est un peu découragée et en manque de solutions… Encore une fois, c’est à nous qu’il revient d’assister et d’aider ces consommateurs. »

Depuis maintenant 5 ans, grâce à son entreprise L’EntrepreneurChef, Mario Martel agit à titre de consultant et de chroniqueur alimentaire. Il aide ainsi les dirigeants d’entreprise à atteindre leurs objectifs, tant dans le secteur de la restauration que dans celui du détail. Et M. Martel d’y aller d’un bon mot qui conclut parfaitement son propos : « Aujourd’hui, je représente fièrement le fameux Thermomix, appareil qui facilite la réalisation d’une cuisine saine et de qualité. À la maison, il devient un aide-gourmet presque indispensable. Cet appareil novateur permet aux jeunes de découvrir le plaisir de cuisiner. »

Mario Martel, nouveau Chef santé 2014, un professionnel qui tend constamment vers le but ultime de sa vocation, là où chaque geste, chaque intervention soutient le message.  Pour le contacter :

Site web : www.chefmariomartel.com
Courriel : mm@chefmariomartel.com