Les trois finalistes au titre de Chef pâtissier 2013 connaîtront leur sort lors du prochain gala. Seul l’un d’entre eux remportera le titre de Chef pâtissier national 2013, présenté par Barry Callebaut. Ce seront de nouveau les membres votants de la SCCPQ et ceux du comité des anciens chefs pâtissiers qui détermineront le lauréat. Découvrez le parcours de ces trois chefs pâtissiers de grand talent.

Benjamin Alarie Pâtissier régional 2013 Lanaudière

En la personne de Benjamin Alarie, on rencontre un véritable passionné du sucre sous toutes ses formes. Travaillant dans les arts pâtissiers depuis plus de 16 ans, il est propriétaire de la fabrique Le Sucrier Fou, à Terrebonne. Diplômé de la promotion de 2000 en Pâtisserie, à l’ITHQ, M. Alarie est titulaire à son tour, depuis trois ans, d’un ASP en Pâtisserie contemporaine, à l’Académie  d’hôtellerie et de tourisme de Lanaudière. Son commerce propose plus de 45 saveurs de fudge et de sucre à la crème ainsi qu’une vaste gamme de chocolats fins qu’on peut retrouver partout au Québec et dans certaines régions du Canada. Quant aux  sorbets haut de gamme « Au Sommet des Glaces », ils ne sont distribués qu’au Québec. On devine donc que plusieurs chefs offrent les produits de Benjamin Alarie sur leur menu. Voilà une belle promotion pour sa région et pour le métier.

Déjà détenteur du titre de Chef pâtissier régional en 2010, Benjamin Alarie renouvèle sa performance en 2013.Il  multiplie ses apparitions dans les marchés publics de sa région, donnant des conférences, offrant des formations, etc. Il n’hésite pas à voyager pour parfaire ses connaissances et ses compétences. Il participait l’été dernier à une formation spéciale en confiserie artisanale en Charente Maritime. Il est également très actif auprès des  jeunes en offrant dans le cadre de la Société de développement et d’animation de Mascouche (SODAM) des ateliers de cuisine et de pâtisserie, ainsi que sur divers sujets reliés à l’alimentation. Soucieux de faire découvrir son métier, il accueille des jeunes dans ses cuisines ainsi que des caméras de réseaux de télévision afin d’y tourner des émissions jeunesse pour le petit écran local.

Fabrice Frelat
Français d’origine, Fabrice Frelat a appris son métier au Québec. Il débuta dans les années 70 à la Pâtisserie Albert Dubois. Mais sa carrière en industrie se déroula surtout chez France Délices. Persévérant et passionné par tout ce qui touche la profession, il y sera responsable d’une petite brigade qui rêvait grand et travaillait fort. Ensemble, ils feront passer ce commerce familial de quatre artisans déservant un marché local à un détaillant provincial embauchant quelque 160 personnes. L’entreprise est d’ailleurs toujours active.

Voulant perfectionner sa technique, il opte pour ensuite pour un stage en restauration. Audacieux, il se joint à l’équipe de la Crêperie bretonne Ty-Breiz où il participe à l’élaboration des menus et à la création de pâtisseries maison.

Armé de ce bagage, il se lancera en affaires. En 1985, il fonde la pâtisserie La Châteauguoise dont le succès ne s’est pas démenti depuis lors. Il y mettra à profit toute l’expérience acquise. Et ainsi passeront 12 années d’un labeur soutenu. Pour raison de santé, M. Frelat devra se défaire de son commerce. Il se repositionnera dans l’enseignement à l’École d’arts culinaires Pearson où il travaille encore à ce jour.

Depuis son arrivée là-bas, il a organisé plusieurs activités de levée de fonds pour permettre à ses élèves de réaliser des expériences professionnelles enrichissantes. Il agit également comme entraineur dans différentes compétitions de pâtisserie. Chaque étudiant qui se classe est pour lui un motif de grande fierté. Il agit aussi en tant que conseiller-enseignant auprès d’une pâtisserie à Kahnawake et participe à des salons culinaires autochtones.

Enfin, aussitôt qu’il en a l’occasion, il s’implique dans les activités de la Société des chefs de laquelle il fait partie en tant que membre professionnel.

Éric Lessard

Pour Éric Lessard la pâtisserie un choix qui s’est fait tout naturellement. Habile de ses mains et gourmand/gourmet, il complètera après le secondaire des études en Pâtisserie à l’École hôtelière de la Capitale.

Usant de veine et d’audace, il postule au Saint-Amour de Québec et y entreprend un travail opiniâtre et rigoureux. Se colleter avec de fortes pointures comme Jean-Luc et Frédéric Boulay, et Roland Alain Blanchet lui octroie une motivation inébranlable. Le Saint-Amour ne disposant que d’un seul poste permanent en pâtisserie, M. Lessard y fera ses classes entre « entrées froides », occupation de service traiteur et, occasionnellement, en pâtisserie. Durant un an, il va alterner entre le Saint-Amour et les deux succursales du Momento.

Il renforcira sa formation des bases classiques auprès de Alain Bolf. Quand le poste de pâtissier se libèrera au Saint-Amour, il succèdera en toute logique au chef Blanchet. Grâce au soutien et au suivi de Jean-Luc Boulay, il va accomplir plusieurs stages de perfectionnement, entre autres, avec les chefs Pascal Hairabedian du Vista Palace Hotel et François Raimbeault de l’Oasis Restaurant (deux étoiles Michelin). Des formations complémentaires en chocolat (auprès de Frédéric Bau de Valrhona et de Philippe Parc de chez Cluizel) lui seront aussi d’un grand secours.

Le travail qu’il exerce présentement couvre les desserts à l’assiette, les desserts en service traiteur et des gâteaux de noces. Il a été juge et entraineur à plusieurs occasions et s’implique volontiers dans les activités régionales de la SCCPQ. Il prend plaisir à effectuer des démonstrations publiques.

Quand on l’interroge sur sa philosophie de son métier, il répond : « Une formidable chance de travailler avec des produits nobles impose le respect et un devoir de mise en valeur. Je m’amuse à créer des variations sur les grands classiques. Je tâte avec plaisir du « moléculaire » et m’arrête à la limite du bon gout. Ce sont le respect de mes pairs et les échanges entre professionnels qui stimulent le plus ma créativité. Je tiens à demeurer un moteur actif dans l’évolution de la pâtisserie au Québec. »