Par Dominique Gauvrit
Président de l’ABAQ

Le pain en vedette

L’Association des boulangers artisans du Québec (ABAC)1 a récemment organisé son premier Concours du meilleur boulanger incluant trois catégories : meilleure viennoiserie, meilleure baguette et meilleur pain de spécialité. Pour couronner le tout, un prix spécial, toutes catégories confondues, a été remis au meilleur boulanger. Ce dernier prix a été remis à Sébastien Konzola de la boulangerie L’Amour du Pain, à Boucherville. L’événement a été bien couvert par les médias, notamment par Radio-Canada et le journal La Presse2. Nous avons questionné M. Michel Demers, gérant de L’Amour du Pain, pour savoir si cette visibilité avait eu des retombées sur les ventes. Dès le lendemain du concours et après la parution de l’article dans le Cahier A de La Presse , les journaux locaux se sont intéressés au vainqueur, des clients ont appelé pour féliciter Sébastien et en ont parlé autour d’eux. Il est donc clair que ce prix a suscité un sentiment de fierté non seulement à l’intérieur même de la boulangerie, mais également chez les clients qui étaient heureux de fréquenter la boulangerie du gagnant. Dans les faits, cette victoire, combinée à d’autres efforts médiatiques, a apporté une augmentation d’environ 7 % du chiffre de vente. De même, chez Bridor, gagnant du prix de la meilleure baguette et du meilleur croissant, un fort sentiment d’appartenance et de fierté s’est fait sentir dans la clientèle.

Créer la demande
Chez Première Moisson, dont le boulanger Julien Sacco, de la succursale du Marché Jean-Talon, a remporté le prix du meilleur pain de spécialité, la boulangerie a profité de l’occasion pour lancer un nouveau produit. Le pain gagnant, qui n’existait pas auparavant, a donc été commercialisé à la suite du succès qu’il a remporté auprès des juges. Le concours a eu des retombées positives au sein même de l’entreprise au grand complet, car la créativité des boulangers a été valorisée et mise au service du développement de l’entreprise.

Les médias sociaux ne sont pas en reste
D’autre part, l’utilisation des médias sociaux n’est pas non plus à sous-estimer, puisqu’il y là de belles possibilités d’être vu et de faire parler de soi… gratuitement.

Mme Annie Huard-Langlois, de la boulangerie La mie bretonne3, à Cowansville, est une pionnière en ce domaine. Elle et son conjoint boulanger, M. Jean-Sébastien Béraud, ont d’abord défricher le terrain en s’installant dans une municipalité où aucune boulangerie artisanale n’avait encore mis les pieds. Pour se faire connaître et créer une communauté autour de leur entreprise, celle qui avait d’abord travaillé en assurance qualité internet, a créé un site dès que le nom de la boulangerie fut choisi. Ainsi, avant même d’avoir cuit la première fournée, des clients surveillaient attentivement l’ouverture du commerce sur le Web.

D’abord virtuelle, la première cliente leur est d’ailleurs toujours restée assidue ! Une fois La mie bretonne ouverte, Annie eut ensuite l’idée de créer une page Facebook pour annoncer les nouveautés et, surtout, pour favoriser une communauté et un sentiment d’appartenance auprès des clients. Selon elle, le gros avantage des réseaux sociaux, c’est de maintenir vivant le sentiment que la boulangerie évolue.

Il y a également là un beau potentiel de publicité à coût réduit… Annie a même pu voir la différence en publiant une publicité dans les journaux, tentative qui leur a procuré bien peu en retour. Sur Facebook, l’impact a été immense et immédiat !  Aujourd’hui La mie bretonne a des amis dans près de vingt pays… Cela pourrait éventuellement lui attirer des touristes qui mettront un point d’honneur à arrêter les visiter à Cowansville. De même, les amis et la famille éloignés sont également tenus continuellement au fait des nouveautés de la boulangerie.

Si une bonne critique d’un restaurant peut lui amener de nouveaux clients, il est clair que l’influence des médias classiques et des médias sociaux n’est pas non plus à négliger dans le succès de la boulangerie et l’élargissement de sa clientèle.

1 Pour en apprendre davantage sur l’ABAQ on aura avantage à consulter le http://www.abaqc.com/activites_fr.htmp
2 La presse, 11 mai 2012.

3 http://www.lamiebretonne.com/