Par Hugues Viau
Pêcheries Norref Québec
Porte-parole officiel
des Partenaires économiques SCCPQ


En effet, si nous désirons sans cesse innover, nous devons toujours réfléchir à la méthode employée pour faire les choses, et ne pas hésiter à modifier cette dernière lorsque le besoin s’en fait sentir. Plus facile à dire qu’à faire ! Ce défi peut s’avérer insurmontable si l’entreprise ne met pas en pratique quelques principes élémentaires afin de favoriser les remises en question dans le but d’innover, à savoir : favoriser une vision à long terme, avoir le courage d’essayer quelque chose qui n’a jamais été fait par le passé et, enfin, s’assurer d’avoir une équipe forte et soudée.

Visionnaire ?… et pourquoi pas ?
En tant qu’hommes et femmes d’affaires, nous avons tous des impératifs économiques à rencontrer. Nous devons nous assurer d’une rentabilité certaine dans un laps de temps donné. En affaires, temps et argent sont très fréquemment des données intimement dépendantes l’une de l’autre. Une perte de temps se traduira généralement par une perte de revenu. Changer une manière de faire prend habituellement du temps, donc de l’argent. Réunions, séances d’échanges d’idées et périodes de réflexion… ce sont là des étapes cruciales quand vient le temps de mettre en place une nouvelle structure au sein d’une entreprise. Ce ne sont cependant pas des moments qui sont rentables à court terme. Une entreprise dirigée par des leaders qui possèdent une vision à long terme, plutôt que de voir ces diverses phases comme une perte de temps, les percevra comme un investissement pouvant assurer la pérennité de l’entreprise. Cela semble être une évidence, mais lorsque le processus de réflexion et de remise en question s’avère plus long ou plus laborieux que prévu, cela demande une patience en affaire exemplaire.

Don’t fix it if it ain’t broken
Innover ne veut pas nécessairement dire modifier quelque chose qui ne fonctionne pas. Une stratégie ou une façon de faire peut fonctionner de façon adéquate, mais une entreprise ayant le courage d’essayer quelque chose qui n’a jamais été fait par le passé pourrait bien l’améliorer. Cela demande une confiance absolue en ses moyens. En effet, le dirigeant d’une entreprise qui a du succès ne peut douter de lui lorsqu’il dit à son équipe que, malgré l’efficacité des procédures actuelles, le système doit être modifié afin d’être plus efficace. Un patron qui sait où il s’en va, qui sait comment il va s’y rendre, et surtout, qui sait avec qui il va y aller, est la clé du succès pour toute entreprise.

Unis dans la recherche

La troisième caractéristique qu’une compagnie doit posséder afin d’être sans cesse en mesure d’innover et de progresser est de posséder une équipe forte et soudée, et ce, à tous les niveaux. Les dirigeants peuvent avoir les meilleures idées du monde, l’homme reste une créature d’habitude. Un employé qui fait la même chose depuis toujours et qui a du succès, lorsque averti que sa façon de faire devra changer à l’avenir afin d’être plus productif, sera, règle générale, méfiant ou réticent.

C’est là où l’équipe forte intervient. Si les employés ont confiance en la direction, le changement sera plus facile à accepter. Si les employés se font confiance entre eux, ils savent qu’ils seront là les uns pour les autres lorsque surviendront les inévitables obstacles inhérents au changement. Si la direction a su démontrer sa confiance envers ses employés par une valorisation constante de leurs travaux, ces derniers se sentiront en mesure de faire face au changement. Le succès par l’innovation est impossible sans l’apport de tous.

Pourquoi innover ?
Être innovateur afin de rester pertinent dans un domaine en perpétuel mouvement tel celui de l’alimentation est une nécessité. Arriver au sommet de son domaine est ardu, y demeurer l’est tout autant. Sinon plus. Si nous ne nous incitons pas à nous dépasser sans cesse, un compétiteur finira par le faire. D’être en mesure de questionner ses méthodes et ses procédures, alors même que les résultats sont positifs, est signe d’une entreprise novatrice. En affaires, le statut quo n’est pas une option.